Comment faire face à une montée de fièvre

Comment faire face à une montée de fièvre 263x263 - Comment faire face à une montée de fièvre



Comment faire face à une montée de fièvre

L’essentiel tout de suite…

En cas de fièvre, procédez comme suit :
Si la température de l’enfant ne dépasse pas 38° C :

✓ Enlevez-lui les vêtements trop chauds, en ne conservant qu’un vêtement léger en coton.
✓ Contrôlez sa température toutes les heures.
✓ Donnez-lui à boire régulièrement.

Si la température de l’enfant dépasse 38° C :
✓ Déshabillez l’enfant en ne conservant que ses couches.
✓ Rafraîchissez sa tête en l’humidifiant et faites-le boire régulièrement.
✓ Donnez-lui une dose adaptée de paracétamol. Pour cela, référez-vous à la dernière ordonnance du médecin ou consultez la notice.
✓ Si l’enfant à moins de trois mois, habillez-le légèrement et conduisez-le chez le médecin ou aux urgences de l’hôpital le plus proche.

Comprendre
La température normale de l’enfant se situe entre 37 et 37,5 °C. On parle de fièvre au-delà de 38 °C. Lorsque votre enfant a un comportement inhabituel, est grognon, refuse de manger, somnole, devient tout rouge ou au contraire tout pâle, frissonne, il est vraisemblable qu’il présente de la fièvre. Prenez donc impérativement sa température.

Pour cela :
• Choisissez un thermomètre électronique ou au gallium. Le thermomètre à mercure est interdit depuis le 1er avril 1999. Si vous en possédez un, rapportez-le à votre pharmacien.
• Prenez la température rectale ou la température axillaire de l’enfant (sous le bras). La mesure rectale (par l’anus) indique la température exacte de l’organisme, mais pour des raisons de confort
(sommeil de l’enfant) ou en cas de diarrhée, il est possible de prendre la température axillaire.

Cette mesure est moins simple que la mesure rectale :
– Mettez le thermomètre pendant trois minutes dans le creux de l’aisselle, en repliant le bras serré contre la poitrine.
– Ajoutez à la lecture de la température environ 2 ou 3 dixièmes de degré (exemple : pour un affichage de 37,5 °C, la température réelle est de 37,8 °C).

Le thermomètre auriculaire (ou « thermoscan ») est inadapté à l’enfant de moins de 1 an. Son usage doit être réservé à l’emploi hospitalier.

Réagir

Si la température de l’enfant ne dépasse pas 38 °C :
• Découvrez-le, surtout s’il s’agit d’un nourrisson. Enlevez-lui les vêtements trop chauds, mais laissez-lui un vêtement léger en coton.
• Contrôlez sa température une heure plus tard. Même si elle baisse, vérifiez à nouveau quelques heures après.
• Si la température continue d’augmenter, vous devez la traiter (reportez-vous dans ce cas à la section suivante).
• Faites boire l’enfant régulièrement pour éviter la déshydratation consécutive à l’évaporation d’eau liée à la fièvre.

Si la température de l’enfant est élevée:
On dispose actuellement de moyens physiques et de médicaments qui agissent différemment et dont l’efficacité n’est pas comparable. Ces moyens sont complémentaires. Les moyens dits «physiques» font tomber rapidement la fièvre, mais seulement de quelques dixièmes de degrés, en abaissant la
température de la peau. Toutefois, même si cette baisse est modeste, elle n’est pas à négliger. Considérez donc toujours cette méthode comme un appoint utile aux médicaments. Rafraîchir la tête est même primordial dans ces cas-là. Les médicaments, seule méthode vraiment efficace, agissent sur les centres qui contrôlent la température de l’organisme.

Les moyens physiques contre la fièvre
Ce type de refroidissement doit être progressif et agréable à l’enfant. Le choc brutal d’un bain trop froid peut en effet entraîner un malaise qui aggravera la situation.

Dévêtir l’enfant
• Déshabillez l’enfant et laissez-le en couches (ce qui permet d’ailleurs de noter l’apparition éventuelle de rougeurs, de « boutons de chaleur», ou d’observer un changement de coloration
de la peau).
• Ne soyez pas trop ferme si l’enfant se plaint d’avoir froid et grelotte : remettez-lui alors un vêtement léger en coton et des chaussettes.
• Dans le lit, couvrez-le seulement d’un drap léger en coton. S’il porte un vêtement léger, ne le couvrez pas.

Rafraîchir et faire boire l’enfant
• Préparez un bain. Son principal intérêt est le bien-être de l’enfant qui, souvent, va se détendre et jouer. Même si l’efficacité du bain sur la température est limitée, cette légère baisse améliore le confort de l’enfant et diminue le risque convulsif en attendant l’action des médicaments. Le bain doit durer quinze minutes, pas plus, mais vous pouvez en donner plusieurs par jour. Pensez à arroser doucement et longuement la tête de l’enfant, car 80 % de la chaleur est éliminée par la tête.
• Le bain ne doit jamais être froid ni même tiède. La température de l’eau doit être inférieure de 1 à 2 °C à celle de l’enfant. Sans quoi vous risquez de provoquer un choc thermique. Vous devez impérativement contrôler la température de l’eau avec un thermomètre de bain.
• Humidifiez une serviette avec l’eau du bain ou de l’eau tiède. Essorez-la et enroulez-la sur la tête ou sur tout le corps de l’enfant. Changez-la dès qu’elle se réchauffe. Renouvelez souvent l’opération.
• Sinon, mouillez et humidifiez régulièrement les cheveux de l’enfant. Passez-lui fréquemment un gant humide sur le visage et le cou. Vous pouvez aussi vaporiser régulièrement de l’eau sur son
corps avec un brumisateur.
• Eventuellement, et si l’enfant est âgé d’au moins 8 mois, vous pouvez vous servir des packs en plastique réfrigérants destinés aux glacières (après les avoir mis au congélateur). Toutefois, ne les posez jamais à même la peau ! Enroulez-les d’abord dans un linge épais ou glissez-les dans un gant. Changez-les de place toutes les dix minutes. Surveillez la coloration de la peau. Si elle bleuit, changez les packs de place. Posez-les alternativement sur la tête, sur le haut des cuisses ou sur les côtés de l’enfant allongé.
• Faites boire régulièrement l’enfant (eau ou jus de fruits allongé d’eau).

ATTENTION ! Si l’enfant tremble, il est inutile – et même nocif- de le couvrir en pensant qu’il a froid.

Les médicaments contre la fièvre
Comme tout médicament, ils sont dotés d’un nom chimique (dénomination commune internationale ou DCI) et d’un nom commercial. Le même produit peut ainsi être vendu sous différents noms commerciaux, mais il conserve toujours le même nom chimique (lire l’encadré ci-dessous). Les médicaments contre la fièvre sont appelés « antipyrétiques ». Ce sont des antalgiques ou des anti-inflammatoires. Ces deux groupes de médicaments agissent sur la fièvre en utilisant des mécanismes très différents. Cela permet de renforcer le traitement ou de le changer quand la fièvre est très élevée et baisse trop peu. Leur association permet de prolonger la baisse de la température. Le paracétamol, du groupe des antalgiques, agit sur la douleur et la fièvre L’aspirine et l’ibuprofène sont des anti-inflammatoires. Comme leur nom l’indique, ils agissent sur les inflammations douloureuses et sur la fièvre. Lorsque c’est possible, privilégiez les médicaments qui se prennent par la bouche. Ils sont plus efficaces que les suppositoires. Ces derniers seront, en revanche, utiles en cas de vomissements.

Le paracétamol
Largement utilisé, il donne peu d’effets secondaires. C’est le médicament à choisir en priorité. Aux doses habituellement prescrites chez l’enfant, il agit sur la fièvre, mais aussi sur la douleur. Il n’a
aucun effet anti-inflammatoire.
• Commencez toujours par le paracétamol (Doliprane Nourrisson-Enfant ou Efferalgan Pédiatnque). La plupart du temps, cela suffira.
• Donnez une dose adaptée au poids de l’enfant. Vous pouvez pour cela vous référer à sa dernière ordonnance. Sinon, sachez que tous ces médicaments sont désormais munis de pipettes doseuses, qui indiquent automatiquement la quantité de médicament a donner en fonction du poids
• La dose maximale par vingt-quatre heures est de 60 mg par kilo et par jour. Cette dose totale doit être divisée par quatre, afin de repartir les prises sur vingt-quatre heures. Respectez un interval-
le de six heures entre chaque prise.

Les anti-inflammatoires à action antipyrétique (aspirine et ibuprofene)

• Si la fièvre ne baisse pas ou qu’elle remonte rapidement, vous pouvez donner un médicament anti-inflammatoire (aspirine ou ibuprofene) à la place du paracétamol (ou en même temps). En revanche, alterner paracétamol et anti-inflammatoire, comme on le fait souvent, n’a aucun intérêt.

Les anti-inflammatoires agissent sur la coagulation (avec une action plus prolongée pour l’aspirine), peuvent irriter les muqueuses digestives et donner des douleurs abdominales. Toutefois, chez l’enfant,
ces effets secondaires sont rares, surtout pour Tibuprofène. Une règle doit être respectée impérativement NE JAMAIS ASSOCIER DEUX anti-inflammatoires. Vous augmenteriez leurs effets secon-
daires, mais pas leurs effets bénéfiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont de deux types : l’ibuprofène et l’aspirine.

L’ibuprofène (Advil® ou Nureflex®en présentations pédiatriques)

Commercialisé en 1993, l’ibuprofène est, comme l’aspirine, un anti-inflammatoire. Son efficacité est équivalente à celle du paracétamol ou de l’aspirine, mais sa durée d’action est un peu plus longue, ce qui permet d’espacer les prises toutes les huit heures. Les deux formes pédiatriques sont des sirops qui diffèrent par leur parfum et leur mode d’administration (pipette graduée ou cuillère mesure).
L’ibuprofène est habituellement administré seul, mais il peut être associé au paracétamol, pour ralentir la remontée de la fièvre.
• Référez-vous à la dernière ordonnance de votre enfant. La dose maximale par vingt-quatre heures est de 30 mg par kilo et par jour. Cette quantité totale est divisée en trois doses, à répartir sur vingt-quatre heures. Respectez un intervalle de huit heures entre chaque prise.

L’aspirine (Catalgine®, Aspégic®)
De la famille des anti-inflammatoires, l’aspirine agit sur la fièvre de façon remarquable. Son action est rapide. En trente minutes, la fièvre commence à baisser et en trois heures, la température est presque normale.
L’aspirine a été largement utilisée, mais elle est actuellement délaissée au profit de l’ibuprofène.

ATTENTION ! Son administration est à éviter chez l’enfant avant 6 ans, chez les allergiques et aussi dans les fièvres d’origine virale. En effet, la prise d’aspirine au cours de certaines viroses comme la varicelle ou la grippe, peut déclencher une complication rare mais gravissime, appelée syndrome de Reye. En outre, son action sur la coagulation sanguine est plus marquée que celle des autres antipyrétiques.

• La dose maximale par vingt-quatre heures est de 75 mg par kilo et par jour. Cette dose est à diviser en six prises, réparties sur vingt-quatre heures.
• Respectez un intervalle de quatre heures entre chaque prise. La durée de traitement est prescrite par le médecin. En général, elle ne dépasse pas quarante-huit heures. N’utilisez l’aspirine qu’en cas d’échec du paracétamol et de l’ibuprofène. Et n’alternez pas l’aspirine avec l’ibuprofène.

Republished by Blog Post Promoter

Comments

comments

The North Face Michael Kors Outlet Online The North Face Outlet Hermes Birkin Cheap Oakley Sunglasses New Balance Outlet Cheap UGGs Louis Vuitton Outlet Online